Face aux Pays-Bas dans cette demi-finale, la France échoue d’un rien. Les Français s’inclinent 2/3 au terme de matchs disputés jusqu’au bout de la rencontre. Christo POPOV et Arnaud MERKLE, la relève du badminton français, se sont encore illustrés dans leurs matchs respectifs. Ce sera donc le bronze pour les Français, comme à Kazan en 2018.

Brice LEVERDEZ, à une bande près.

Ce sont tout d’abord les simples 1 qui ont ouvert les hostilités. Brice LEVERDEZ rencontre une nouvelle fois le chef de file hollandais Mark CALJOUW, classé sept places avant le Français au ranking mondial. Un duel accroché en perspective.

Encore fatigué de son match éreintant de la veille, Brice a eu toutes les peines du monde à trouver les solutions pour contrer les attaques incessantes du joueur hollandais. Il voit filer le premier set 13/21. Mais plus en jambes et plus incisif sur ses attaques, il parvient enfin à contrer CALJOUW dans le deuxième set, qu’il remporte 21/15. Le Hollandais, dans un jeu encore plus offensif, a donc dû serrer les vis. Martelant Brice de ses attaques, il a fait la course en tête dans le troisième set. Menant 18/12, on aurait pu croire le match était conclu. Mais impossible n’est pas français. Brice parvient à revenir à 19 égalité. Malheureusement, destin cruel, c’est sur une bande gagnante que le Hollandais s’imposera : 21/13  15/21  21/19.

« Il a bien joué aux moments importants. Je fais une erreur sur l’avant-dernier point, et sur le dernier point il prend sa chance, il prend la bande. Mais en même temps il est allé la chercher. Moi j’attendais une erreur de trajectoire et lui il a été chercher l’attaque, bien plus fort que moi. C’est un peu énervant mais c’est comme ça. »

Pays-Bas : 1 / France : 0.

La maîtrise de Christo POPOV.

Après la défaite de Brice, c’est à Christo POPOV d’essayer de ramener la France à 1 partout dans la rencontre. Pour cela, il lui faut battre Joran KWEEKEL, 142ème mondial. Très propre dans son jeu, attaquant au bon moment mais sachant aussi se montrer patient quand il le fallait, Christo a maîtrisé son premier set de bout en bout, l’emportant 21/16. Faisant la course en tête, Christo s’est montré serein dans le deuxième set. Une maturité assez impressionnante du haut de ses 17 ans. Il s’impose 21/16  21/13, permettant ainsi à la France de revenir à 1 partout.

« Super content d’amener un point pour la France. C’est extraordinaire ! à la maison en plus ! Voilà on revient au score donc maintenant il faut enfoncer le clou. […] C’est un match par équipe, donc ce n’est pas que sur le terrain que ça se joue. Il faut rester solide dans la tête, c’est surtout mentalement que ça se joue. Jouer à la maison c’est toujours un plus ! »

Ronan Labar et Thom GICQUEL désorientés.

Place maintenant au premier double ! Pas de surprises côté français, c’est Thom GICQUEL et Ronan LABAR qui sont alignés face à Jelle MAAS et Robin TABELING, bien mieux classés au ranking mondial (36èmes alors que les Français sont 64èmes ). Mais les Français en sont capables ! S’ils parviennent à jouer proprement et à construire leurs points intelligemment, les Bleus peuvent créer l’exploit.

Et c’est exactement ce que Thom et Ronan ont fait au premier set, qu’ils remportent sans difficultés 21/10. Mais ils se relâchent dans le deuxième set, laissant trop d’opportunités aux Hollandais qui prennent alors le lead et s’imposent 21/11. Tout va se jouer dans le troisième set.

Beaucoup d’imperfections dans ce troisième set. Les Français ont eu, tour à tour, un passage à vide en défense et une baisse de régime en attaque. Ils s’inclinent donc 21/10  11/21  12/21 face à une paire danoise qui a vraiment très bien joué.

Ronan LABAR : « Ils ont mis beaucoup plus de pression sur l’avant du court et ils ont plus varié leurs services aussi sur le deuxième et le troisième set. On a eu beaucoup de mal à s’adapter. On savait qu’il fallait un peu plus agrandir le court et passer davantage en défense. Mais voilà, on n’arrivait pas à être assez relâchés en défense, à varier, et on finissait toujours par perdre le point. Ils ne se sont pas relâchés, ils n’ont pas craqué. Ils n’ont pas fait ce que nous on a fait après la victoire du premier set : perdre un peu en agressivité.

France : 1 / Pays-Bas : 2.

Arnaud Merkle en un seul set.

Arnaud Merkle devait impérativement gagner son match pour ainsi éviter l’élimination française. Face à lui Wessel VAN DER AAR, un joueur plus habitué au double et au mixte qu’au simple. Un match plutôt facile sur le papier pour Arnaud. Maîtrisant parfaitement son premier set, Arnaud n’a pas laissé une seule opportunité au Hollandais. 21/13 pour le Français.

A la surprise générale, le joueur hollandais a préféré abandonner et ne pas jouer le deuxième set. Victoire plus rapide que prévue pour Arnaud donc. La France revient ainsi à 2 partout. La victoire va se jouer dans le cinquième et dernier match : le double décisif.

Les frères POPOV y ont cru !

Dernier match. Le match en or. Le double décisif. Alignés ensemble pour la première fois de la compétition, c’est aux frères POPOV que revient la charge. Face à eux Ruben JILLE et Ties VAN DER LECQ, classés 132ème mondiaux, tandis que Christo et Tomi sont 102ème. Peu d’écart donc entre les deux paires.

Crispés par l’enjeu, les Français ne parviennent pas à trouver leur rythme dans le premier set qu’ils doivent laisser filer : 15/21. Plus précis et mieux organisés, ils parviennent à prendre une avance suffisante au score pour pouvoir remporter le deuxième set (21/14). Le troisième set allait donc tout déterminer. Les Hollandais, plus agressifs, plus poussifs, ont rapidement pris le large, s’offrant sept volants de match. Les frères POPOV ont réussi à en sauver cinq, remontant ainsi à 18/20. Mais le sort avait décidé que c’était la Hollande qui devait accéder à la finale.

Les joueurs danois s’imposent au bout d’un match haletant 21/15  14/21  21/18.

Tomi POPOV : « Ça a été un peu dur parce que c’était notre premier double ensemble ici. C’était une tentative mais on n’était pas encore prêts je pense. C’est pour ça qu’au premier set, ça a été compliqué. Après on s’est réveillés et on a commencé à leur mettre la pression. C’est là où ils ont fait beaucoup de fautes. Mais au troisième ils ont joué plus serré, et c’est nous qui avons fait les petites fautes qui leur ont permis de mener. Je pense que c’est ce qui a fait la différence, même si la pression joue aussi. »

Christo POPOV : « Je suis néanmoins très content de cette première expérience avec l’équipe de France, surtout que c’était à la maison donc là c’était extra. L’atmosphère était géniale, le public était avec nous, l’équipe est soudée, ils sont tous supers ! Donc pour moi ça reste une bonne expérience. »

 

Les Hollandais, pour leur première médaille européenne, accèdent ainsi directement à la finale, tandis que les Français se retrouvent à nouveau sur la troisième marche du podium. Mais la France a montré qu’elle avait une équipe jeune, en pleine ascension et aux ambitions prometteuses sur les prochaines années.

Les Hollandais seront donc demain en finale face aux ogres danois, ultra-favoris.

 

 

Crédit : ON L’Agence | Mentions légales | Crédit Photo : ©FFBaD / BadmintonPhoto